Au commencement : le silence

J'ai été élevée dans une famille mixte kanak et française, avec une culture mixte, d'un côté la rigueur, le catholicisme, les enfants soumis et silencieux et de l'autre la liberté totale, l'absence de limites, de cadre.

Et toujours ce silence, l'absence de la parole, l'absence de la transmission, et des injonctions à demi-mot : ne pas dire, ne pas s'ouvrir, ne pas parler, ne pas demander, ne pas déranger, ne pas s'interroger, faire ce qu'on a à faire toujours sans questionner sur le passé et sur la vérité. Ce livre vient de la volonté de crever l'abcès, de creuser le passé et de donner aux générations suivantes la vérité, celle des survivants et des témoins pour que les enfants qui arrivent sachent et puissent se construire sur un passé libéré par la parole.